Noel en Lozere – Bad Shrooms Rising

Quand on revient au commissariat, Karim est toujours en train de gratter sa guitare. Il a le dos tourné. Il joue face au mur. Je reconnais le morceau, c’est Bad Moon Rising de Creedence Clearwater. Karim, il m’a pas mal initié au rock, mais le vrai, pas celui de chez nous comme Les Forbans ou Dick Rivers…

Pauline s’esclaffe :

_ Ben alors, Karim, qu’est-ce qui s’passe, on t’a mis au coin ?

_ Il dit qu’il joue mieux comme ça, explique Jean-Claude.

_ C’est ta sale gueule qui le déconcentre ? que je demande, avec un air ironique.

_ Non mais dis-donc, comment que tu parles à ton chef, toi, p’tit morveux !

Je prends deux canettes, je lui en tends une, on trinque en rigolant.

_ C’est pas que je joue mieux, c’est que ça sonne mieux !

Karim a arrêté de jouer et il se tient à demi-tourné sur sa chaise pour nous regarder pendant qu’il explique.

_ C’est le bluesman Robert Johnson, il faisait comme ça. Le son de la guitare contre le mur, ça fait un écho naturel. Donc, ça sonne mieux. Vous connaissez la légende de Robert Johnson, les gars ?

Karim, c’est un vrai intello, il a bac +2, une vrai encyclopédie ambulante, cachée sous un képi de gardien de la paix ! Il a toujours des anecdotes intéressantes à raconter.

_ Vous connaissez pas ? zarma… Vas-y écoutes, tu te coucheras moins con ce soir… Le mec, un jour il se promenait sur une route, et à un carrefour, il a rencontré le diable.

_ Un carrefour, tu veux dire, comme le supermarché ?

_ Mais non, un carrefour de routes qui s’croisent, genre un rond-point…

_ Oh vas-y, parle pas de ronds-points, pas en ce moment, hein…

_ Oh vas-y, JC, fais pas ton ronchon, réplique Pauline. C’est grâce à eux qu’on va avoir une augmentation, je te rappelle !

_ C’est pas faux…

_ Bref, Robert Jonhson, il a rencontré le diable sur un rond-point, et il lui a vendu son âme pour devenir le meilleur guitariste de son temps.

_ Ah ouais, et alors, c’est bien du coup ?

_ Ben, c’était dans les années 20, alors les disques ils sont un peu pourris, niveau qualité. Mais ouais, c’est du bon blues acoustique, c’est clair…

On continue un peu à picoler et à dire des conneries le reste de la matinée, puis Pauline revient avec la dinde. Jean-Claude sort des tupperwares de gratin qu’il met au micro-ondes. Karim s’est chargé du dessert, il a ramené des pâtisseries que fait sa femme, Malika. Makrouds, loukoums, cornes de gazelle… parce que ça aussi, ça fait partie de la gastronomie française. Ben ouais, pourquoi que tu crois que le couscous, c’est le plat préféré des français, toi ? Et puis, voilà, quoi… Malika elle porte pas le voile, et Karim, tu crois quoi, qu’il met des babouches, ou des charentaises, quand il se pose devant Hanouna ?

Non mais franchement, moi ça m’énerve quand je vois ces snobs, à la télé, qui disent comme ça, sans savoir, que les gens de la campagne c’est des racistes… Mais n’importe quoi ! Avec des gens comme Malika et Karim, on a pas envie de voter Le Pen, moi je vous l’dis. Ils ont le coeur sur la main, ils sont super sympas, et ils connaissent des recettes de cuisine super bonnes qui nous changent de l’aligot ! En fait, on vote pas trop trop par ici, faut être honnête. On laisse les parigots faire leur cuisine entre eux, nous c’qu’on veut c’est qu’on nous laisse faire notre vie tranquille dans notre coin, et puis voilà.

Bref, on se pète le bide bien comme il faut. Puis on se cale en mode sieste digestive devant la téloche. Vu que c’est Noel, Pauline a sorti ses DVDs de Shrek, ça risque d’être marrant quand l’effet des champignons va commencer à se faire sentir.

Avec ce qu’on a mangé, l’effet met du temps à monter. Vers le milieu du deuxième film, le Shrek, il commence à avoir des couleurs pas très catholiques. Jean-Claude demande :

_ Dites, c’est normal que la guirlande, là, elle chante un bruit de clochettes avec une odeur de pain d’épice ?

_ Ben oui, JC, c’est normal, puisque c’est Noel.

Il répond sur le ton de l’évidence. On se regarde avec Pauline, et on éclate de rire. Puis on se retourne vers nos collègues. Karim est vautré sur son bureau. Il semble absorbé par la toile d’araignée dans un coin du plafond. Pauline se serre contre moi et on se cale dans le fond du fauteuil. Elle me tient la main et je trouve ça fascinant, on dirait que mes doigts dansent la gigue avec les siens. Ils tournent en rond sur mon poing immobile de façon hypnotique. Ca sent le  vert pilé. C’est à ce moment-là que la porte du commissariat s’ouvre avec fracas. Un trio de gendarmes mobiles entre dans le commissariat et nous arrache à notre trip.

_ Bonjour messieurs, on est ici sur ordre de la préfecture. Ils veulent qu’on aille déloger les manifestants du rond-point sur la route de Marvejols. Peut-on compter sur votre aide ?

Leur nez fait des pirouettes au milieu de leur figure. Je pouffe. L’un d’eux me regarde de travers, je montre le film, pour faire style que c’est le dragon amoureux de l’âne qui me fait marrer. JC se lève et va leur serrer la main. Il bafouille un peu, mais s’en sort pas trop mal. Il est pas encore complètement défoncé, mais presque… Le mec reprend :

_ On est chargé de démanteler le camp sur le rond-point de la route qui mène à Marvejols. Vous voyez où que c’est ?

JC hoche la tête, en essayant de garder son sérieux.

_ Le préfet veut faire un cadeau de Noel à M.Castaner en démantelant les campements du departement. On peut compter sur votre soutien ?

JC hoche à nouveau la tête et se tourne vers nous. Il tape des mains pour nous sortir de notre léthargie. Il a l’air gonflé à bloc.Ce genre de produits ça a tendance à faire cet effet. Quand tu comates, t’es noyé dans le coltard, mais quand t’es réveillé, t’es monsieur-100000-volts…

_ Vous avez entendu les gars, hop hop hop ! Pauline, tu restes pour faire la permanence, des fois que quelqu’un appelle pour une urgence. Les autres, allez vous préparer…

Il se tourne vers les gendarmes :

_ Il reste de la dinde, vous prendrez bien une part ?

Les mecs se regardent, j’imagine la conversation silencieuse de leurs regards :

_ Oh bah, c’est gentil, on a pas eu le temps de casser la croûte…

_ Bah oui, mais on est pressés, quoi…

_ Bah oui, mais c’est Noël quand même…

_ Bah oui, mais, justement ! Plus tôt on finit ici, plus tôt on rentre !

_ Bah oui, mais, les autres, là, ils vont se préparer d’abord. On a bien le temps de casser une graine en vitesse, du coup ?

_ Bon allez, mais vite fait alors…

Ah, les yeux, y a rien de plus bavard ! Bref, ils finissent par s’asseoir et Pauline leur sert des assiettes en faisant de son mieux pour paraître sobre. Elle leur propose des bières, ils refusent poliment.

_ Merci, jamais pendant le service. Vu le nombre de cadavres sur la table, vous avez bien arrosé votre repas, à c’que j’vois… Dites-donc, elle sent vachement bon, votre dinde, vous l’avez aromatisée à quoi, la farce ?

_ Romarin, répond Pauline.

_ Marjolaine, répond JC.

_ Thym et sauge, répond Karim.

_ Indica Sativa, que je sors, comme un gros glandu que je suis…

Heureusement, nous répondons tous en même temps et, de ce méli-mélo incompréhensible, ils ne comprennent pas tout et se contentent de hocher la tête. Pauline m’a entendu et me fait des gros yeux. Je prends Karim avec moi et on va au vestiaire fissa.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s